Τετάρτη, 9 Μαρτίου 2016

Pour l' Europe le carnaval continue...


Eh...oui, elle se déguise en Europe Unie mais sans porter aucun masque!
Ce n'est pas nécessaire d'ailleurs, elle est ambivalente.
Une Europe qui accepte les réfugiés et une autre qui condamme les plus faibles et les "embêtants" au feu !
Une Europe qui comme juge et seigneur absolu décide de fermer ses frontières à la détresse, au désespoir et à la douleur en jouant les jeux des grands: le cache-cache, le saute- mouton, le chat et la souris!
Une Europe qui emprisonne les victimes d'une guerre comme si c'étaient eux les coupables! Mais oui, ça, c'est plus facile!
Une Europe qui transforme un pays, déjà tourmenté par la crise, à un dépôt immense d'âmes!
Elle oublie ou elle ne veut pas se souvenir que les réfugiés, les migrants ou les cladestins, mot préféré de tous, ont du visage, des os et du coeur. Ce ne sont pas des nombres sur une liste noire.

NON, moi, je n'ai pas fêté hier la journée des femmes!
Moi, je fête tous les jours la fête de l'humanité, de la solidarité, des bénévoles!!!
Ce qui se passe depuis un an et demi en Grèce consiste un vrai miracle: des gens simples, ordinaires, petits et grands, grecs mais aussi des étrangers venus de quatres coins du monde ouvrent leurs bras aux réfugiés en  depassant leurs gouvernements !
Debout, contre les préjugés et les peurs on rassemble des vetêments, des chaussures, de la nouriture, on fait la cuisine, on soigne des miliers de gens 24 heures sur 24. Jour et nuit les bénévoles étaient et sont à Idomeni, près des frontières avec F.Y.R.O.M là, en face des visages austères des policiers qui protègents leur pays par l'invasion!

Mon département a changé, notre petit monde a changé !
À part d'Idomeni deux nouveaux centres d'hospitalité s'ajoutent près de nous et d'un jour à l'autre, des petits visages enfantins, malades, "envahissent" l'hôpital de Kilkis. Pendant quelques jours, enfants et familles entières vont être sauvées par le froid et la pluie.
Εt oui, il pleut de nouneau sur les tentes...et moi, chez moi, dans la chaleur, j'ai le luxe de pouvoir écrire et parler du malheur des autres!
Ça suffit les paroles, passons à l'action !  Fêtons tous les jours, ensemble, la fête de l'humanité de la façon que l' on connaît très bien!






1 σχόλιο: